Tonnelier

Le tonnelier est un artisan qui avec une grande précision est chargé de confectionner des fûts en bois. Tout le savoir-faire du tonnelier est réuni dans cet objet pratique et indispensable.


Catégories :

Vinification - Ancien métier - Métier de la vigne et du vin - Métier agricole - Métier manuel - Artisanat du bois - Personnalité liée à la bière

Recherche sur Google Images :


Source image : fond-ecran-image.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Le tonnelier est un artisan qui avec une grande précision est chargé de confectionner des ... Le principal matériau utilisé est le bois de chêne, ... À l'opposé, actuellement, le tonneau de chêne est utilisé avec les vins... (source : vinairium)
  • Les vins et alcools de qualité continuent à mûrir dans le bois.... Le tonnelier est un artisan qui, avec une grande précision, est chargé de ... en bois. Découvert par les Gaulois en 700 avant J-C, le tonneau a su traverser les siècles.... (source : studya)
  • Le tonnelier est un artisan qui avec une grande précision est chargé de confectionner... Le futur tonneau est chauffé et humidifié pour assouplir le bois, ... (source : metiersfilierebois)
Le tonnelier et son univers, dans une cidrerie en Normandie
Le tonnelier Zuiderzeemuseum Pays-Bas

Le tonnelier est un artisan qui avec une grande précision est chargé de confectionner des fûts en bois. Tout le savoir-faire du tonnelier est réuni dans cet objet pratique et indispensable. Son coup de main et son coup d'œil feront la bonne barrique qui permettra le vieillissement du vin, de la bière ou de l'alcool.

«Comment a-t-on pu imaginer de faire tenir un liquide dans un montage de morceaux de bois fort complexe à assembler ? La plus grande partie des inventions humaines figurait déjà dans la nature : la maison, c'est la grotte, le bateau, c'est le tronc d'arbre qui flotte, même la roue, c'est le soleil qui roule dans l'espace. Le récipient naturel, c'est l'amphore, le vase fabriqué à l'image d'une pierre creuse, en moulant l'argile humide, ou bien c'est l'outre qu'on trouve toute faite en creusant la peau d'un bouc. Mais la barrique est bien une invention de poètes, l'imagination d'un peuple de rêveurs, insoucieux du temps et de la vie pratique, nos ancêtres les Celtes[1]

Histoire

Porte de tonnelier à Viens (XVe siècle)
Fabrication de tonneaux (gravure de 1568, Allemagne)

[réf.  nécessaire] Le tonneau est connu en Europe depuis plus de 2 000 ans, découvert par les Gaulois ; il servait à stocker des produits liquides (vin, bière, cidre, eau), mais également solides comme les grains, les salaisons et même les clous. Initialement nommé charpentier de tonneau, les maîtres tonneliers «tonloiers» ou «barilliers» étaient déjà réunis en corporation au IXe siècle. Au XIIIe siècle, ils remirent leurs statuts pour approbation en même temps que 121 autres corps de métiers. En 1444, Charles VII de France confirma les statuts des tonneliers ou barilliers (les tonneliers charpentiers ou foudriers ont pour leur part été rattachés à la corporation des charpentiers dès le Xe siècle). Il donne par la même occasion aux tonneliers barilliers le privilège de déchargeurs de vin : ils sont les seuls à avoir le droit de débarquer le vin qui arrive par bateau.

Au Moyen Âge, les rois avaient leurs propres tonneliers, chargés d'entretenir les barils et les muids. Ils faisaient aussi fonction d'échanson (fonction historiquement avérée du règne de Charlemagne à celui de saint Louis).

Les maîtres brasseurs, alors organisés en corporation avaient aussi le métier de tonnelier au cours du saison chaude, pendant laquelle le brassage était interdit.

Les fabrications des tonneliers étaient nombreuses : baquets, bailles, baignoires, barattes, barils, barillets, cuveaux, seaux, seillons, hottes et bien sur tonneaux. Le tonnelier de village était quasiment l'unique à fabriquer des tonneaux ou à réparer les vieux fûts des vignerons. Il était payé à la pièce.

La barrique a été découverte par les Celtes et adoptée par les Romains comme l'attestent des bas-reliefs de scènes de hâlage avec les tonneaux bien visibles sur les embarcations datant du Ier siècle av. J. -C. Et depuis plus de 2 000 ans, les tonneaux ont servi de contenant à diverses denrées.

Actuellement, le tonneau est essentiellement utilisé pour les vins et les alcools «vieillis en futs de chêne».

Bien qu'aucune machine n'ait pu remplacer totalement l'homme dans la fabrication des barriques, il reste actuellement une centaine d'entreprises de tonnellerie en France, ce qui représente à peu près 400 tonneliers et 500 000 tonneaux. Ces entreprises sont actuellement florissantes, exportent dans le monde entier 80% de leur fabrication, et certaines sont même cotées en Bourse, ce qui en fait un des métiers les plus dynamiques de l'industrie du bois.

D'immenses tonnelleries mécanisées existent aux USA pour la fabrication des fûts à whisky. Il existe des tonnelleries au Portugal, en Espagne, en Italie, en Irlande, en Suisse, en Autriche, en Hongrie, et dans la majorité des régions vinicoles respectant les traditions.

La matière

Le principal matériau utilisé est le bois de chêne, fendu sur quartier en merrains par le merrandier dans les forêts du Limousin, de l'Allier (Tronçais), de la Nièvre (Bertranges), des Vosges (Darney) ou de Normandie. L'essor du commerce au XIXe siècle a permis aux tonneliers d'utiliser avec avantage les particulièrement beaux chênes provenant de Russie et d'Ukraine. Le chêne blanc d'Amérique est utilisé habituellement pour le whisky.

Les essences à zone d'origine poreuse (ZIP) comme le chêne, le châtaignier, l'acacia, le frêne permettent tous de fabriquer des tonneaux. Des tonneaux en merisier et en sapin (stockage de la sève de pin) peuvent être utilisés.

Quand le tonneau servait à stocker l'ensemble des liquides, huiles ou alors solides (poudre) imaginables, les tonneliers utilisaient naturellement les essences de bois à leur disposition localement, avec comme seules contraintes l'étanchéité et la neutralité du tonneau comparé au produit stocké. À l'opposé, aujourd'hui, le tonneau de chêne est utilisé avec les vins pour ses caractéristiques aromatiques particulièrement appréciées.

Le tonnelier utilise aussi des cercles de bois liés à l'osier, ou plus récemment des cercles de fers.

Les outils et la fabrication

Travail à l'herminette (Afrique du Sud)
Cerclage du tonneau (Espagne)

Après séchage à l'air libre pendant plusieurs années, les merrains sont sciés à la longueur du tonneau. Puis, par l'opération de dolage, le merrain devient douelle ou douve. Cette opération consiste à donner à la planche de bois la forme extérieure du tonneau. Cette opération se pratiquait avec une doloire et d'une plane.

Par la suite vient le jointage : le tonnelier couche les chants de la douelle sur la colombe (ancêtre de la dégauchisseuse) et donne à la douelle la flèche correspondant au tonneau ; la forme de la douelle - arrondi et pente des joints - est vérifiée avec gabarits. Cette opération doit être minutieuse, car l'étanchéité et la forme du tonneau en dépendent.

Après avoir déterminé la bonne quantité de douelles, le tonnelier effectue la mise en rose, en réunissant dans un fragile équilibre les douelles en tronc de cône. Avec un marteau et d'une chasse, il positionne les premiers cercles provisoires sur le tonneau (cercle de talus à l'extrémité supérieure, puis en dessous cercle de collet et cercle de bouge).

Les carcasses ainsi constituées sont mises à chauffer sur une chaufferette (brasero) alimentée vivement au bois de chêne. Au bout d'une demi-heure, et après plusieurs arrosages à l'eau chaude, le tonneau est cintré à l'aide du bâtissoir (aussi nommé botissoire ou recueilleux), appareil à vis donnant la possibilité de le serrage d'un câble.

Une fois le tonneau cintré et les cercles installés sur le deuxième côté, le tonneau est mis à réchauffer sur un brasero, l'objectif étant tout autant de cuire la fibre du bois cintré pour qu'il garde sa forme de par ses propriétés thermoélastiques, que de développer les arômes et goûts de noisette, beurré, vanillé, ou alors fumé, qui s'accordent si bien avec les vins. Cette cuisson peut durer jusqu'à une heure, l'important étant de cuire le bois en profondeur.

Différents rabots et pioches permettent d'égaliser, de chanfreiner, de creuser la rainure (jable) où viendra se loger le fond ; ils ont pour noms rabot cintré, rabot jabloir ou jabloir ou ruelle, chanfrinière ou stockholm, asse…

Les fonds sont tracés au compas et assemblés par goujons en fer ou en acacia. Le profil s'insérant dans la rainure est taillé à la plane.

Une fois préparés, les fonds sont installés dans la rainure préparé sur le tonneau avec un tire-fond et d'un chien permettant de écarter les douelles. L'étanchéité est assurée par un mélange de farine, de cendre et d'eau sur les bases d'une pâte à pain.

Un trou de bonde est alors percé sur le tonneau grâce à une vrille, puis agrandi à la bondonnière (rabot conique à manche).

L'étanchéité est alors testée lors de l'éprouvage à l'eau chaude en balançant fortement le tonneau d'un fond sur l'autre. Toute fuite donne lieu à une réparation.

Les cercles provisoires sont alors retirés, les douelles sont raclées ou poncées, et des cercles définitifs sont mis en place. Des cercles en bois de châtaignier sont installés en tête (les poignées, permettant de saisir résolument le tonneau) et en bouge (cercles de roule, protégeant et stabilisant le tonneau lors des roulages). Les tonneaux de fabrication courante sont le plus fréquemment cerclés de lames d'acier recourbées et rivetées par le tonnelier sur son enclume (appelée bigorne).

Pour terminer, un trou de broquereau servant aux soutirages ainsi qu'à l'installation d'un robinet peut être percé sur les fonds.

Capacité des fûts

Les différentes dimensions des fûts :

Article détaillé : Tonneaux monstres.

Compléments

Références

  1. Pierre Boujut, tonnelier, dans Des métiers et des hommes au village, de Bernard Henry, 1975

Bibliographie

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : tonnelier - tonneau - bois - cercles - tonneaux - fabrication - paris - vin - tonnellerie - douelle - demi - barrique - chêne - bordelaise - fûts - fond - litre - cognac - languedoc - 228 - anvers - 221 - métiers - muids - saint - particulièrement - gros - 213 - 114 - 137 -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Tonnelier.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 15/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu